Un peu de tanin dans le sang, et cette envie d'écrire qui se fait de nouveau ressentir...

Ce matin, sur le trottoir d'en-face, une femme dans une longue robe noire, m'a fait un sourire, elle a traversé la rue, et je crois que nous nous sommes fait la "bise"... Elle avait un paquet blanc, elle venait de la boulangerie, il était 8 heures du matin.

Nous avons échangé rapidement quelques banalités, puis elle s'est effondré, non elle a pleuré, en me disant simplement "cela recommence", alors des larmes sont apparues dans mes yeux, j'avais compris... Elle s'est reprise devant les enfants, puis m'a demandée si je croyais en Dieu ?

 "Non, je ne crois pas en Dieu, je crois en autre chose...",

 Alors, elle s'est échappée, pour ne pas laisser paraitre sa peine.

Je l'ai laissée repartir seule, avec sa peine, ses larmes, ses doutes, ses craintes...

Je suis restée quelques instant immobile avec ma terreur, mes pensées, mes larmes...

 Et la vie de tous les jours reprenait sa place, les obligations du matin, ne laissant pas la place à ce que j'aurai pu faire !

 Je lui ai envoyée par la suite un message, auquel elle ne répondra que plusieurs heures après.

La culpabilité de l'émotion l'a remise en question, elle, cette femme qui parcours le monde, qui nous permet de voir de notre canapé les images souvent atroce de ce monde dans lequel nous vivons...

 Une femme en noire, m'a touchée, et ce soir je remet en question tous ces petits riens, qui pourrissent ma vie....